Pétition Hôpital Public

A la Pitié-Salpétrière comme ailleurs,                                                           

STOP aux fermetures, et des moyens pour l’hôpital public

Après la crise sanitaire, maintenant ça doit changer.

Les lois à répétition (Bachelot en 2009, Touraine en 2015, Buzyn en 2018) ont profondément transformé la gestion de l’hôpital public sur le modèle de l’entreprise et ont poussé à l’étranglement financier des hôpitaux.

En France, 100 000 lits ont disparu depuis 2003. À Paris, des hôpitaux ont fermé comme celui du Val de Grâce, tandis que l’Hôtel Dieu est démantelé en plusieurs services et les Urgences sont fermées. Depuis 2018, l’AP-HP a fermé 1000 lits et supprimé 1184 postes. Le manque de lits de réanimation, de moyens et de personnels en pleine crise du COVID est la conséquence de ces choix politiques ultralibéraux désastreux, que le Premier ministre a maintenu dès l’introduction du Ségur de la Santé dont rien de neuf n’est à espérer.

Macron et son gouvernement veulent aller plus loin en imposant la fermeture de Bichat et la fermeture de 200 lits de soins de suite pour les personnes âgées à Fernand Vidal/Lariboisière.

Sur le 13e arrondissement, 250 lits ont déjà fermé à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, et le Directeur général programme la fermeture du service de pédo-psychiatrie, alors même que les enfants ont été particulièrement affectés par la fermeture des écoles durant le confinement.

Exigeons ensemble un plan d’urgence pour la Santé, les Hôpitaux Publics et les EHPADs

En avril, les élus communistes parisiens ont fait adopter au Conseil de Paris la demande d’un moratoire sur les restructurations au sein de l’APHP. Nous voulons désormais aller plus loin.

Nous voulons :

  • L’abandon de la fermeture prévue du service de pédo-psychiatrie à la Pitié-Salpétrière.
  • L’abandon du plan de fermeture de 250 lits à la Pitié-Salpétrière.
  • Plus généralement, l’arrêt de toutes les fermetures d’hôpitaux, de services et de lits.
  • Un plan d’investissement immédiat de 10 milliards pour l’hôpital public, pour l’organisation des urgences avec la médecine extra-hospitalière, pour la psychiatrie.
  • Un plan d’embauche massif dans les hôpitaux et les EHPADs, 10 000 créations d’emplois à l’AP-HP et une revalorisation salariale immédiate.
  • L’annulation de la dette des hôpitaux. Une loi de financement de la Sécu à la hauteur des besoins, un développement de la santé publique et de la prévention.
  • A Paris, l’ouverture dans chaque hôpital d’un service de consultation de médecine générale et de spécialités ouvert sur la ville ; l’accès aux soins facilité en secteur 1 pour toutes les spécialités , un coup d’arrêt aux dépassements d’honoraires.
  • La création de nouveaux Centres de Santé municipaux (a minima 7) et d’EHPADs publics.
  • La création d’un pôle public du médicament
  • Une élaboration démocratique de l’offre de soins. Après la crise, la population et les personnels doivent élaborer un plan d’urgence pour la Santé.
9 signatures

Voulez-vous signer?

connect